Soyouz | Les pas de tir

Au total, ce sont pas moins de huit pas de tir qui ont été construits pour les lanceurs de classe Soyouz. Il y en a quatre à Plesetsk, deux à Baïkonour, un en Guyane et un à Vostotchnyi. Les pas de tir Soyouz sont officiellement dénommés « 17P32 ».

Pas de tir Cosmodrome Zone Etat actuel
17P32-1 Plesetsk 41 Hors service (déconstruit)
17P32-2 Plesetsk 16 Hors service (réhabilitation planifiée)
17P32-3 Plesetsk 43 Hors service (en cours de réhabilitation)
17P32-4 Plesetsk 43 En service
17P32-5 Baïkonour 1 En service (non qualifié pour Soyouz-2)
17P32-6 Baïkonour 31 En service
ZLS Centre Spatial Guyanais ELS En service
1S Vostotchnyi - En service

17P32-1

Le pas de tir n°1 est situé dans la zone n°41 du cosmodrome de Plesetsk. Construit en 1959, il est le premier pas de tir de ce cosmodrome à avoir été mis en service. Le premier tir balistique d'un missile R-7A a eu lieu le 14 décembre 1965, et le premier lancement orbital a eu lieu le 17 mars 1966 (Cosmos 112). C'est l'unité militaire n°13973 qui a la responsabilité des opérations sur ce pas de tir.

Fig. 1.1 : Le pas de tir n°1 de Plesetsk.
Crédit : DR.

La décision de la VPK du 22 avril 1968 lance la modernisation du pas de tir n°1 afin de lui permettre de lancer les satellites Zenit-2M (11F690), Zenit-4M (11F691) et Molnia-1 (11F67), ainsi que les vaisseaux habités Soyouz-VI (qui ne verront finalement jamais le jour). Le premier lancement qui intervient suite à ces travaux est celui d'un Zenit-2M, le 9 juillet 1970 [3].

Le 17P32-1 subit plusieurs grandes périodes de maintenance, au cours desquelles il est retiré temporairement du service. La première de ces périodes intervient entre mars et octobre 1971, et la seconde de 1976 à 1978.

Le pas de tir n°1 est définitivement retiré du service en 1989, car il arrive à la fin de sa durée de vie garantie, et les militaires ne ressentent pas le besoin de le requalifier. Le dernier lancement a lieu le 15 septembre 1989, et le pas de tir est ensuite démonté durant les années 1990.

Fig. 1-2 : Les travaux de déconstruction touchent à leur fin, en 1999.
Photos : K. IVLEV / Novosti Kosmonavtiki n°03-1999.

En mai 1995, les Forces Spatiales décident d'utiliser le pas de tir n°1 et le MIK-142 qui lui est associé pour l'exploitation du futur lanceur Soyouz-2. Mais dès le mois de juillet 1995, il s'avère que le MIK-142 n'est pas adapté pour la préparation de l'étage supérieur Fregat. L'idée est abandonnée, et c'est le pas de tir n°4 qui accueillera Soyouz-2.

Fig. 1.3 : Ce qui reste du pas de tir n°1.
Photos : DR.

17P32-2

Le pas de tir n°2 est située dans la zone n°16 du cosmodrome de Plesetsk. Il est géré par l'unité militaire n°14003, créée en 1979. C'est le dernier pas de tir à avoir été mis en service, avec le premier vol orbital qui a eu lieu le 19 février 1981.

Un lanceur Soyouz-U tiré de ce pas de tir subit un échec le 20 juin 1996. Ensuite, une tentative de lancement d'un Molnia-M est avortée le 10 janvier 1997, et le pas de tir n'est plus utilisé pendant plus de sept ans.

Fig. 2.1 : Le pas de tir n°2 de Plesetsk.
Photos : DR.

Les lancements reprennent avec le vol du 24 septembre 2004. A l'heure actuelle, le 17P32-2 n'est pas qualifié pour les lanceurs Soyouz-2, et il n'était utilisé jusque là que pour les lanceurs de génération précédente Soyouz-U. Or, ces derniers ne sont plus tirés de Plesetsk (le dernier vol a eu lieu le 17 mai 2012). Ce pas de tir n'est donc plus opérationnel à l'heure actuelle.

En juin 2013, le commandant des VKO a annoncé que le pas de tir n°2 sera converti pour les lanceurs légers Soyouz-2.1v, et qu'il sera dédié uniquement à ceux-ci. Disposer d'un pas de tir spécifique pour Soyouz-2.1v évitera de devoir reconfigurer le pas de tir n°4 après chaque lancement. Le premier lancement est programmé pour 2015-2016.

Toutefois, en mai 2015, les VKO annoncent que le pas de tir n°2 ne sera de nouveau opérationnel qu'en 2019. Les travaux commenceront visiblement après la fin de la reconstruction du pas de tir n°3, engagée dès 2015. Le but est de disposer à l'horizon 2019 de trois pas de tir opérationnels [2].

17P32-3

Les deux pas de tir de la zone n°43 du cosmodrome de Plesetsk sont gérés par l'unité militaire n°14056.

Le pas de tir n°3 a commencé son activité militaire dès le début des années 1960. Il est modifié entre le 22 mars 1968 et le 8 juillet 1970 pour les lancements orbitaux. Le premier tir a lieu le 18 février 1971.

Fig. 3.1 : Le pas de tir n°3 de Plesetsk, à une date indéterminée et le 2 octobre 2011.
Crédit : DR / Aleksandr POPOV.

Ensuite, entre septembre 1972 et mai 1973, il est modernisé pour pouvoir opérer les lanceurs Soyouz-U et Molnia-M. Le 15 avril 1983, il est retiré du service pour plus de trois ans pour une grande période de maintenance. Le premier vol suite à cette période intervient le 26 décembre 1986.

Fig. 3.2 : Le pas de tir n°3 en août 1983, lors de la grande période de maintenance.
Photos : Novosti Kosmonavtiki.

Mais moins de six mois plus tard, le 18 juin 1987, un lanceur Soyouz-U retombe sur le pas de tir et l'endommage gravement. Il faut de nouveau effectuer des travaux, et les tirs ne reprennent que le 22 décembre 1988.

Après le lancement du 18 août 1999, le pas de tir n°3 n'est pas utilisé pendant vingt-six mois. Durant cette période, il ne sert que de réserve au pas de tir n°4. Il est à nouveau utilisé à partir du 25 octobre 2001, car le pas de tir n°4 commence une grande période de maintenance visant à le rendre compatible avec les Soyouz-2.

Le 15 octobre 2002, un lanceur Soyouz-U retombe à proximité du pas de tir n°3 et provoque d'importants dégâts. A part quelques travaux de peinture qui lui donnent bonne apparence, le 17P32-3 n'est pas remis en état, avant de nombreuses années. Il n'a toujours pas été utilisé depuis l'échec de 2002.

Fig. 3.3 : Dans les couloirs du pas de tir n°3, 31 janvier 2010.
Crédit : DR.

Le 10 juin 2013, le colonel Nikolaï NESTETCHOUK, commandant du cosmodrome de Plesetsk, annonce que les travaux pour qualifier le pas de tir n°3 pour les lanceurs Soyouz-2.1a et Soyouz-2.1b commenceront au premier semestre 2014.

Le 21 mai 2015, les VKO indiquent que les travaux sur le pas de tir n°3 seront terminés en 2017. Les travaux consisteront à construire soixante-douze nouveaux bâtiments, et à en moderniser vingt-six [2].

Cliquez ici si vous ne voyez pas la vidéo.

Vidéo 3.1 : Reportage sur le chantier du pas de tir n°3, en septembre 2015.
Crédit : Плесецк: перезагрузка. Специальный репортаж Сергея Лясковского.

Fig. 3.4 : Les travaux sur le pas de tir n°3, en avril 2016.
Crédit : DR.

17P32-4

Le pas de tir n°4 est situé dans la zone n°43 du cosmodrome de Plesetsk. Le premier tir balistique d'un missile R-7A a été réalisé le 25 juillet 1967, et le premier vol orbital a eu lieu le 3 décembre 1969.

Entre février 1975 et septembre 1976, le 17P32-4 a été modifié pour être compatible avec les lanceurs Soyouz-U et Molnia-M.

Le 18 mars 1980, un accident lors de la préparation d'un lanceur Vostok-2M fait quarante-huit victimes et endommage gravement le pas de tir. Les travaux de réhabilitation durent jusqu'au 24 mars 1983. Les vols reprennent le 8 avril 1983.

Un nouvel échec provoque des dégâts sur le pas de tir n°4 le 27 juillet 1988. Les travaux durent cette fois jusqu'en avril 1989.

En mai 1996, il est décidé que ce sera le pas de tir n°4 qui accueillera le nouveau lanceur Soyouz-2. Après le tir du 29 mai 2001, des travaux démarrent pour rendre le pas de tir compatible.

Fig. 4-1 : Le pas de tir n°4 de Plesetsk, lors des travaux de modernisation en 2001.
Crédit : Северный космодром России.

Le premier vol balistique a lieu le 8 novembre 2004. A l'heure actuelle, le 17P32-4 est toujours le seul pas de tir de Plesetsk qualifié pour Soyouz-2. Mi-2012, il était en train de recevoir les modifications qui le rendront apte à lancer les Soyouz-2.1v, dont le premier vol est intervenu le 28 décembre 2013.

Fig. 4-2 : Le pas de tir n°4 de Plesetsk, le 23 décembre 2011.
Crédit : Dmitri TCHISTOPROUDOV.

17P32-5

Le pas de tir n°5 est situé dans la zone n°1 du cosmodrome de Baïkonour. C'est le pas de tir historique, surnommé « pas de tir Gagarine », d'où a été réalisé le premier vol d'un missile R-7 le 15 mai 1957, le lancement du premier satellite artificiel le 4 octobre 1957, le premier vol habité et les premières sondes interplanétaires. Depuis, la quasi-totalité des vols habités russes ont eu lieu depuis ce pas de tir.

Le pas de tir a été endommagé lors de l'échec d'un missile R-7 (8K71) le 10 juillet 1958. Il est rapidement remis en service, notamment en cannibalisant certains éléments qui sont préparés pour le cosmodrome de Plesetsk. Ces travaux sont aussi l'occasion de mettre le pas de tir à niveau pour pouvoir accueillir les nouveaux lanceurs à trois étages Vostok (8K72) [1].

Un échec survenu le 1er juin 1962 a de nouveau endommagé le pas de tir, mais il faut moins de deux mois pour le remettre en état. Le pas de tir est de nouveau endommagé lors de l'échec du 10 juillet 1963.

Jusqu'en décembre 1966, le 17P32-5 est l'un des points de départ potentiels de la force de frappe nucléaire soviétique. Ensuite, il est consacré exclusivement aux activités spatiales.

Fig. 5-1 : Le pas de tir n°5 de Baïkonour, le 15 mars 2007.
Crédit : Thierry VALLEE.

Il subit deux grandes périodes de maintenance, en 1970 et en 1979. Le 26 septembre 1983, un vol habité échoue et le lanceur Soyouz-U explose au sol, endommageant le pas de tir. Les vols habités suivants doivent être transférés sur le 17P32-6, car les travaux de réparation durent jusqu'à l'été 1984.

Un point d'observation (NP) des lancements est construit dans le zone n°18, à 1,4km du pas de tir.

Une troisième période de maintenance intervient au premier semestre 1992. A partir de 2003, le MIK-112 est réhabilité pour accueillir la préparation des lanceurs décollant du pas de tir n°5. Pour l'instant, le pas de tir n°5 n'est pas qualifié pour les lanceurs Soyouz-2. Un grand chantier de modernisation devrait bientôt démarrer, ce qui l'indisponibilisera durant huit mois.

17P32-6

Le pas de tir n°6 est situé dans la zone n°31 du cosmodrome de Baïkonour. La construction a été achevée fin 1960, et le premier tir balistique d'un missile R-7 a été réalisé le 27 février 1961. Le premier tir orbital intervient le 1er novembre 1963. Les lanceurs qui décollent du pas de tir n°6 sont préparés dans le MIK-40, situé lui aussi dans la zone 31, à 760m du pas de tir.

Le pas de tir a été endommagé lors de l'accident du 14 décembre 1966, qui fit trois morts quand la tour d'éjection du Système de Sauvetage d'Urgence (SAS) de l'un des premiers vaisseaux Soyouz est mise en service intempestivement.

Douze vols habités ont été réalisés depuis le pas de tir n°6 entre 1966 et 1984. Ce pas de tir servait en effet de réserve quand le pas de tir n°5 n'était pas disponible. Ces missions sont Soyouz-3, Soyouz-4, Soyouz-6, Soyouz-8, Soyouz-9, Soyouz-32, Soyouz-33, Soyouz-35, Soyouz-36, Soyouz T-10, Soyouz T-11 et Soyouz T-12.

Fig. 6.1 : Le pas de tir n°6 de Baïkonour, en octobre 2006.
Crédit : DR.

En 1987, un point d'observation (NP) est construit dans le cadre d'une visite de Mikhaïl GORBATCHEV. Il est situé à 2,5km du pas de tir.

Dans les années 2000, avec l'augmentation de la cadence des vols vers la Station Spatiale Internationale, Roscosmos a décidé d'en transférer une partie vers le pas de tir n°6. Il est également qualifié pour la version Soyouz-2, qui y a été lancé pour la première fois le 19 octobre 2006.

Début 2010, deux paratonnerres de 107m de haut ont été installés sur le pas de tir.

Fig. 6.2 : Installation des paratonnerres, début 2010.
Photos : DR.

Lors du lancement du 28 décembre 2011, les vents très violents font dévier la flamme des moteurs du lanceur Soyouz-2, ce qui endommage la structure de l'une des demi-tours de service 11T11. Un segment doit alors être remplacé, et les lancements reprennent avec le vol du 20 avril 2012.

Fig. 6.3 : Le pas de tir n°6 le 18 avril 2012.
La flèche montre le segment (un peu plus clair) qui a été remplacé.
Crédit : RKK Energuia.

Le 23 octobre 2012, Soyouz TMA-06M est le premier vaisseau habité à décoller du pas de tir n°6 depuis 1984. Le but est de vérifier qu'il est apte à lancer des vaisseaux Soyouz en vue du chantier de modernisation du pas de tir n°5, qui va bientôt commencer et qui le rendra indisponible.

Le 23 novembre 2014, le vaisseau Soyouz TMA-15M décolle du pas de tir n°6 suite à l'indisponibilité du MIK-112, qui a conduit à devoir utiliser le MIK-40 pour la préparation du lanceur. Le 19 octobre 2016, le vaisseau Soyouz MS-02 décolle lui aussi du pas de tir n°6 afin de le qualifier pour la nouvelle version Soyouz MS [4].

ZLS

La Zone de Lancement Soyouz est située sur la commune de Sinnamary, dans le département français de la Guyane. Elle fait partie de l'Ensemble de Lancement Soyouz (ELS) du Centre Spatial Guyanais. Elle peut opérer avec des lanceurs Soyouz-ST-A et Soyouz-ST-B, qui sont les versions de Soyouz-2.1a et Soyouz-2.1b spécialement adaptées pour la Guyane.

Fig. 7.1 : La Zone de Lancement Soyouz de Sinnamary.
Crédit : Nicolas PILLET.

Elle peut également accueillir les étages supérieurs Fregat et Fregat-MT. Le premier vol a été réalisé le 21 octobre 2011. Kosmonavtika consacre un dossier spécial à ce programme.

Bibliographie

[1] POROCHKOV, V., Ракетно-космический подвиг Байконура, p. 113
[2] Три стартовых комплекса для "Союза-2" будет на Плесецке к 2019, TASS, 21/05/2015
[3] BACHLAKOV, A., Северный космодром России, 2007
[4] Novosti Kosmonavtiki n°12-2016


Dernière mise à jour : 2 janvier 2017