Saliout-6 EO-3 | Chronologie

1. Lancement du vaisseau spatial Soyouz-32

Le 138ème lanceur Soyouz-U (11A511U n°Ё15000-155) décolle du pas de tir n°6 (17P32-6) de la zone n°31 du cosmodrome de Baïkonour le 25 février 1979 à 11h53'49,015" GMT.

La charge utile est constituée du vaisseau spatial Soyouz-32 (11F615A8 n°48), occupé par les cosmonautes Vladimir LIAKHOV et Valeri RIOUMINE.

Fig. 1 : Décollage de Soyouz-32, 25 février 1979.
Crédit : Spacefacts.

Le vaisseau est placé avec succès sur une orbite basse (193km x 256km x 51,6°). Le système de rendez-vous automatique Igla est mis en service en vue d'une rencontre avec la station Saliout-6 dès le lendemain.

Soyouz-32 arrive en vue de Saliout-6 lors de sa dix-septième orbite, et s'aligne en face de la pièce d'amarrage avant (PKhO). L'amarrage manuel, réalisé à l'aide du système SSVP, se déroule sans incident le 26 février 1979 à 13h29'55" GMT. LIAKHOV et RIOUMINE trouvent la station inhabitée.

Fig. 2 : RIOUMINE et LIAKHOV à leur arrivée sur Saliout-6, 26 février 1979.
Crédit : INA.

Dès le 27 février 1979, les cosmonautes placent leur vaisseau Soyouz-32 en mode veille et procèdent à l'activation des différents systèmes de Saliout-6. Le 1er mars 1979, les moteurs DPO de Soyouz-32 sont mis en service pour réaliser une correction d'orbite. L'activation de la station est achevée le 5 mars 1979 [3].

2. Arrivée du vaisseau Progress-5

Le vaisseau spatial Progress-5 décolle de Baïkonour le 12 mars 1979, et vient s'amarrer à la pièce arrière (AO) de Saliout-6 le 14 mars 1979 à 07h19'21" GMT.

Fig. 3 : Progress-5 approche de Saliout-6.
Crédit : INA.

Le 15 mars 1979, LIAKHOV et RIOUMINE commencent les réparations du système de propulsion (ODU) de Saliout-6. En octobre 1978, l'équipage précédent avait en effet détecté une possible fuite sur la membrane de l'un des trois réservoirs d'UDMH.

L'UDMH de tous les autres réservoirs est pompé dans un seul réservoir, puis la station est mise en rotation sur elle-même autour de son axe transversal [5]. De cette façon, par centrifugation, les bulles d'azote sont séparées de l'UDMH dans le réservoir endommagé. Pendant que la station est en rotation, l'UDMH du réservoir endommagé est pompé dans les réservoirs de Progress-5. Il ne contient donc plus que de l'azote, qui est rejeté dans l'Espace durant sept jours. Le 23 mars 1979, le réservoir est de nouveau isolé, gonflé à l'azote, et à nouveau éventé dans l'Espace. Le 27 mars 1979, il est gonflé à l'azote et isolé du reste de l'ODU [4].

Le 19 mars 1979, les cosmonautes démontent le four Kristall et le remplacent par un nouvel exemplaire, plus performant. Ils installent aussi de nouveaux capteurs, plus sensibles, pour le système de détection incendie Signal [5].

LIAKHOV et RIOUMINE réalisent les expériences françaises de cristallisation ELMA-1, apportées par Progress-5, dans les fours Kristall (à l'intérieur de la station) et Splav-01 (dans le sas, placé sous vide). Ils réalisent aussi l'expérience de biologie franco-soviétique CYTOS M [6].

Fig. 4 : Vladimir LIAKHOV à bord de Saliout-6.
Crédit : Itar-Tass.

Le 24 mars 1979, les cosmonautes installent une télévision (28cm) capable de recevoir des émissions depuis la Terre. C'est la première fois au monde que des cosmonautes peuvent regarder des images envoyées par le sol. Le 28 mars, ils installent le nouveau système de communications audio Koltso, qui permet aux cosmonautes de communiquer entre eux et avec le sol [5].

Le 29 mars 1979, le N2O4 de Progress-5 est transféré dans les réservoirs de l'ODU de Saliout-6. Le 30 mars 1979, les moteurs DPO de Progress-5 sont mis en service pour réaliser une correction d'orbite. Ce même jour, les cosmonautes réalisent des observations avec le télescope Elena, apporté par Progress-5 [5].

Progress-5 se sépare de Saliout-6 le 3 avril 1979 à 16h10'00" GMT. Le 4 avril, LIAKHOV et RIOUMINE réalisent des observations avec le télescope BST-1M [5].

3. Echec de Soyouz-33 et arrivée de Progress-6

Le vaisseau spatial Soyouz-33 décolle de Baïkonour le 10 avril 1979. Son équipage est constitué du cosmonaute soviétique Nikolaï ROUKAVICHNIKOV et du premier cosmonaute bulgare, Gueorgui IVANOV, qui vole dans le cadre du programme de coopération internationale Intercosmos.

Fig. 5 : ROUKAVICHNIKOV et IVANOV avant leur décollage.
Crédit : DR.

Toutefois, l'approche de Soyouz-33 vers Saliout-6 est interrompue suite à un dysfonctionnement du moteur SKD. L'équipage parvient à rentrer sur Terre, mais un doute plane dorénavant sur la capacité de fonctionnement du SKD de Soyouz-32, qui fait partie de la même série que celui de Soyouz-33.

De plus, la durée de vie garantie de Soyouz-32 (quatre-vingt-dix jours) expire fin mai 1979. Sans vaisseau de rechange, l'équipage EO-3 ne sera donc pas capable de mener à bien sa mission de six mois. Décision est donc prise de rapatrier Soyouz-32 en mode automatique, et de l'échanger avec Soyouz-34, qui sera lancé sans équipage.

Le 27 avril 1979, LIAKHOV et RIOUMINE réalisent la dernière expérience française ELMA-1. Le lendemain, 28 avril 1979, ils donnent une interview à la télévision française.

Fig. 6 : RIOUMINE et LIAKHOV lors de l'interview sur TF1 du 28 avril 1979.
Crédit : INA.

Le vaisseau spatial Progress-6 décolle de Baïkonour le 13 mai 1979, et vient s'amarrer à la pièce arrière (AO) de Saliout-6 le 15 mai 1979 à 06h19'22" GMT. La jonction, toutefois, est beaucoup plus brutale que d'habitude. Le TsUP demande à l'équipage d'attendre une journée avant d'ouvrir les écoutilles du système SSVP, le temps de contrôler que l'étanchéité de la station n'a pas été remise en cause [1].

Le 18 mai 1979, l'équipage réalise un essai d'allumage du moteur SKD de Soyouz-32. Mais RIOUMINE suit mal la procédure, et met le moteur en service avant d'avoir ouvert le capot de protection. Le capot, par conséquent, est détruit, et le moteur n'a plus de protection thermique. Saliout-6 volera maintenant PKhO dirigé vers la Terre, afin de limiter les variations de température sur le moteur [4].

Les moteurs DPO de Progress-6 sont allumés le 22 mai 1979 afin de corriger l'orbite de la station. Le 23 mai, les cosmonautes utilisent l'instrument bulgare Douga, arrivé avec le vaisseau Progress-6, pour réaliser des observations de l'atmosphère terrestre. Le 26 mai, la pression partielle d'oxygène de la station est relevée à l'aide des réservoirs de Progress-6 [7].

Le 30 mai, LIAKHOV et RIOUMINE changent un pupitre de commande du système de navigation autonome Delta. Le 1er juin, les deux cosmonautes prennent une douche, et le 4 juin une nouvelle correction d'orbite est réalisée avec les moteurs DPO de Progress-6 [7].

4. Echange de Soyouz-32 et Soyouz-34

Le vaisseau spatial Soyouz-34 décolle de Baïkonour le 6 juin 1979, sans équipage à bord, mais avec 200kg de fret. Progress-6 se sépare de la pièce arrière (AO) de Saliout-6 le 8 juin 1979 à 07h59'41" GMT, et Soyouz-34 vient prendre sa place à 20h02'06" GMT.

Fig. 7 : Soyouz-34 vu de Saliout-6 lors de son approche, 8 juin 1979.
Crédit : INA.

Le 10 juin 1979, RIOUMINE tente de démarrer le pupitre de commande de Soyouz-34, mais sans succès. Le 11 juin, ils échangent le boîtier de démarrage du pupitre avec celui de Soyouz-32, et ensuite tout fonctionne correctement. Le boîtier défectueux sera ramené sur Terre avec Soyouz-32, et les analyses montreront qu'un défaut sur une soudure faisait un faux contact, et envoyait en permanence un signal de mise à l'arrêt [4].

LIAKHOV et RIOUMINE disposent donc maintenant d'un vaisseau fiable. L'ancien vaisseau Soyouz-32, dont le bon fonctionnement du moteur SKD est sujet à des doutes, se sépare du PKhO de Saliout-6 le 13 juin 1979 à 09h51 GMT.

Les cosmonautes observent depuis Saliout-6 le fonctionnement de son SKD, qui ne disposait plus de capot de protection depuis près d'un mois, et confirment que tout se passe normalement [4]. Soyouz-32 atterrit sans incident au Kazakhstan, à 295km au nord-est de Dzhezkazgan, à 16h18'26" GMT.

5. Déplacement de Soyouz-34

Le vaisseau Soyouz-34 est amarré à l'arrière de la station (AO), ce qui ne laisse que la pièce d'amarrage avant (PKhO) pour recevoir les futurs vaisseaux de ravitaillement Progress. Or, ceux-ci doivent s'amarrer sur l'AO, car sa pièce d'amarrage SSVP est dotée de tuyaux qui permettent de ravitailler les réservoirs de la station avec les ergols des Progress.

De plus, il est préférable que les Progress soient à l'arrière, de manière à ce que leur moteur (utilisé pour les corrections d'orbite) soit tourné dans le sens du vecteur vitesse.

LIAKHOV et RIOUMINE vont donc déplacer le vaisseau de l'AO vers le PKhO. C'est la deuxième fois que cette manœuvre est réalisée (la première fois s'est déroulée le 7 septembre 1978, avec Soyouz-31).

Soyouz-34 se sépare de l'AO le 14 juin 1979 à 16h18 GMT, et s'éloigne de 100m. Ensuite, Saliout-6 tourne sur elle-même à 180°, et le vaisseau se réamarre sur le PKhO à 16h52 GMT.

6. Arrivée de Progress-7

Le vaisseau spatial Progress-7 décolle de Baïkonour le 28 juin 1979, et vient s'amarrer à la pièce arrière (AO) de Saliout-6 le 30 juin 1979 à 11h18'22" GMT. L'écoutille est ouverte le 1er juillet 1979 [8].

Le 4 juillet 1979, les moteurs DPO de Progress-7 sont allumés pour une correction d'orbite (399km x 411km x 51,6°). Le 16 juillet, du N2O4 est transféré des réservoirs de Progress-7 vers l'ODU de Saliout-6 [8].

Progress-7 se sépare de l'AO le 18 juillet 1979 à 03h49'55" GMT. En partant, il libère le télescope KRT-10 que les cosmonautes ont installé sur le système d'amarrage de l'AO. La première séance d'observations astronomiques est réalisée le 24 juillet 1979 [8].

Fig. 8 : Schéma de Saliout-6 avec le télescope KRT-10.
Crédit : Земля и вселенная.

Le 9 août 1979, les cosmonautes tentent de larguer le KRT-10. Ils envoient la commande de séparation, qui doit actionner des boulons pyrotechniques afin de libérer l'antenne, qui devrait s'éloigner sous l'action de ressorts.

Mais après sa libération, l'antenne reste accrochée sur la cible d'amarrage. Cette situation est potentiellement grave, car elle interdit l'amarrage de vaisseaux Soyouz ou Progress sur l'AO, et elle empêche le bon fonctionnement du système d'orientation. L'équipage tente de provoquer des secousses sur la station, mais sans effet [4].

Deux solutions sont examinées : l'abandon de la station, d'une part, et une sortie dans l'Espace pour débloquer l'antenne manuellement, d'autre part [4].

Fig. 9 : Saliout-6 avec le KRT-10 vue de Progress-7 alors qu'il s'éloigne, 18 juillet 1979.
Crédit : Земля и вселенная.

L'option de la sortie dans l'Espace n'est pas évidente. Les scaphandres Orlan-D sont à bord de Saliout-6 depuis son lancement (qui remonte au 29 septembre 1977), les cosmonautes sont en fin de séjour, et ils sont donc physiquement et psychologiquement fatigués, la situation de l'antenne n'est pas connue avec précision. D'un autre côté, la station a d'ores et déjà rempli les objectifs qui lui étaient assignés, et il est donc acceptable de stopper ici son exploitation. Le 10 août 1979, le TsUP demande aux cosmonautes s'ils se sentent prêts à réaliser la sortie, et ces derniers répondent par l'affirmative [4].

Au TsUP, les ingénieurs de la NPO Energuia commencent à préparer les procédures que les cosmonautes devront appliquer. L'équipage, quant à lui, prépare les scaphandres et augmente la cadence des exercices physiques. La sortie aura lieu le 15 août, et le retour sur Terre, prévu pour le 17 août, est repoussé de deux jours [4].

7. La sortie dans l'Espace

La troisième sortie dans l'Espace de Saliout-6 débute le 15 août 1979 à 11h16 GMT, quand LIAKHOV (Orlan-D n°33) et RIOUMINE (Orlan-D n°34) ouvrent l'écoutille du PKhO.

Avant de sortir, les cosmonautes avaient stocké dans le vaisseau Soyouz-34 tout le matériel qu'ils doivent ramener sur Terre, dans l'éventualité où ils ne pourraient pas réintégrer la station [4]. Le principal objectif de cette sortie est de décrocher l'antenne du télescope KRT-10, qui est restée coincée sur la cible d'amarrage de l'AO.

Fig. 10 : Vue d'artiste de la sortie du 15 août 1979.
Crédit : A. SOKOLOV.

Les cosmonautes trouvent l'antenne tournée vers la Terre. Ils doivent remonter sur toute la longueur de la station pour parvenir jusqu'à elle. Là, ils constatent que l'antenne a arraché des morceaux de la protection thermique de la station. RIOUMINE sectionne quatre câbles métalliques qui retiennent l'antenne. Au fur et à mesure qu'il les sectionne, l'antenne bouge et passe très près de lui à plusieurs reprises. Quand tous les câbles sont sectionnés, il utilise une perche de 1,5m de long pour pousser l'antenne loin de la station [4].

Fig. 11 : L'antenne du KRT-10 s'éloigne de Saliout-6, 15 août 1979.
Crédit : Среди космических дорог одна – моя.

Avant de rentrer, les cosmonautes frottent un hublot avec un chiffon afin de ramener des échantillons sur Terre des dépôts qui s'y sont accumulés. Ils récupèrent également les échantillons de matériaux que l'équipage précédent avait déposés à l'extérieur dans le but d'étudier l'impact des rayons cosmiques [4]. La sortie se termine à 12h39 GMT. Elle a duré 1h23.

8. Atterrissage du vaisseau Soyouz-34

LIAKHOV et RIOUMINE embarquent sur leur vaisseau Soyouz-34 et se séparent de Saliout-6 le 19 août 1979 à 09h07 GMT. Ils atterrissent à 12h29'26" GMT à 170km au sud-est de Dzhezkazgan, au Kazakhstan. Après leur récupération par les FPSU, ils sont évacués vers le cosmodrome de Baïkonour.

Fig. 12 : RIOUMINE et LIAKHOV après le retour de Soyouz-34, 19 août 1979.
Crédit : DR.

La troisième expédition d'occupation de Saliout-6 aura duré 175 jours 0 heure et 35 minutes, ce qui constitue un nouveau record mondial, qui était jusque là détenu par la mission précédente (EO-2), qui avait duré 139 jours.

Le Compartiment de Descente (SA) de Soyouz-34 est maintenant exposé au Musée National d'Histoire de la Cosmonautique de Kalouga.

Bibliographie

[1] BATOURINE, Y., Мировая Пилотируемая Космонавтика
[3] На орбите Салют-6, Земля и вселенная №03-1979
[4] RIOUMINE, V., Год вне Земли
[5] На орбите Салют-6, Земля и вселенная №04-1979
[6] REBROV, M., KOZYREV, V., DENISSENKO, V., URSS- France, 1983
[7] На орбите Салют-6, Земля и вселенная №05-1979
[8] На орбите Салют-6, Земля и вселенная №06-1979


Dernière mise à jour : 6 décembre 2014