Vladimir Aleksandrovitch DZHANIBEKOV

Situation actuelle
Retiré des affaires spatiales

Date et lieu de naissance
13 mai 1942, Iskander, Région du Sud-Kazakhstan, Union soviétique

Nationalité
Russe

Sélection
27 avril 1970, 5ème groupe des Forces aériennes

Temps total passé dans l'Espace
145 jours 15 heures 58 minutes (en cinq missions)

Temps total passé en sortie dans l'Espace
8 heures 34 minutes (en deux sorties)


Vladimir DZHANIBEKOV est né dans un village du sud du Kazakhstan, près de Tachkent, la capitale ouzbek. C'est d'ailleurs là-bas qu'il va à l'école primaire et au lycée. Cette première étape terminée, il veut devenir pilote de chasse dans les Forces aériennes, mais il échoue au concours.

Il entre à l'Université Nationale de Leningrad (LGU), dans la filière astrophysique de la Faculté de Physique. Il y reste un an, mais il persévère dans son objectif initial et en 1961 il réussit à intégrer l'Ecole Supérieure des Pilotes de l'Aviation Militaire de Eïsk.

Il en sort en 1965 avec le grade de lieutenant et un diplôme de pilote-ingénieur en poche. En décembre 1965 il est versé au 963ème Régiment Aérien d'Instruction, basé à l'école de Eïsk, où il vole sur Su-7.

Fig. 1 : Le lieutenant Vladimir DZHANIBEKOV.
Crédit : TsPK.

En novembre 1967 il devient lieutenant-chef, et deux ans plus tard il est levé au grade de capitaine. Il tente alors sa chance pour devenir cosmonaute, et il est reçu. Le décret du 27 avril 1970 le transfère officiellement au sein du cinquième groupe du détachement des cosmonautes des Forces aériennes.

Il suit sa Formation Spatiale Générale (OKP) de mai 1970 à juin 1972, et en juillet 1972 il est affecté au programme de navette spatiale Spirale. Mais il n'y reste que quelques mois, car il est transféré sur le programme Apollo-Soyouz (EPAS) dès le mois de décembre 1972, au moment où il est promu au grade de major.

Fig. 2 : Le major Vladimir DZHANIBEKOV.
Crédit : DR.

En mai 1973 il obtient sa première affectation : commandant du troisième équipage du vaisseau Soyouz-16, la première mission d'essai réalisée dans le cadre d'EPAS. Il réalise alors un voyage pour s'entraîner au centre spatial de Houston, au Texas, où on le surnomme « Johnny ».

Plus tard, il est transféré sur le programme de station orbitales civiles DOS, et il se voit confier le commandement du groupe des cosmonautes qui voleront dans le cadre du programme internationale Intercosmos.

Fig. 3 : Vladimir DZHANIBEKOV avec sa famille.
Crédit : DR.

Il est aussi nommé commandant de la première expédition de visite de Saliout-6. En janvier 1978, près de huit ans après avoir été sélectionné, il passe six jours en orbite. A son retour, il est élevé au grade de colonel et est nommé Héros de l'Union soviétique.

Quelques mois après son retour sur Terre, en novembre 1978, il est nommé commandant de l'équipage de réserve de la mission soviéto-hongroise à destination de Saliout-6. Le 1er octobre 1980, il est nommé commandant de la mission soviéto-mongole. Il décolle pour son deuxième voyage spatial en mars 1981 à bord de Soyouz-39, et passe près de huit jours sur Saliout-6. Au retour il reçoit sa seconde médaille de Héros de l'Union soviétique.

Trois mois plus tard, en juin 1981, il est affecté au troisième équipage de la première mission de longue durée vers la nouvelle station Saliout-7.

Fig. 4 : BREZHNEV lui remet l'Ordre de Lénine
et sa seconde médaille de Héros de l'Union soviétique, 17 avril 1981.
Crédit : DR.

Mais le 10 janvier 1982, il est désigné pour remplacer Youri MALICHEV qui, pour raisons médicales, est se voit démis de son poste de commandant de la mission de visite franco-soviétique. Dans son ouvrage Sonate au clair de Terre, le cosmonaute français Jean-Loup CHRETIEN écrira :

Sa principale particularité était d'être doté d'un caractère facile et d'une stabilité à toute épreuve. D'un charisme peu commun, son sourire angélique ne le quittait jamais et ses yeux exprimaient toujours une profonde ouverture et une grande volonté de communication. Artiste à ses heures, passionné par la peinture, il dessinait ou peignait sans relâche des fresques mythiques dédiées à la conquête de l'espace.

Bricoleur-né, il ne laissait passer aucune occasion de tenter de réparer, ou même de modifier, toutes les réalisation domestiques qui étaient à portée de ses mains. Son bureau était une vraie caverne d'Ali Baba, où se chevauchaient palettes, pinceaux, transistors et autres moteurs électriques. Son cerveau fourmillait toujours d'idées, mais le temps lui manquait généralement pour terminer tout ce qu'il voulait entreprendre.

Ainsi, en juin 1982, à peine un an après son précédent voyage, il repart pour l'Espace en compagnie de Jean-Loup CHRETIEN et d'Aleksandr IVANTCHENKOV. Il passe alors une semaine à bord de Saliout-7. Cette mission lui vaudra également d'être nommé Commandeur de la Légion d'Honneur par le Président François MITTERRAND.

En avril 1983, il est nommé commandant du troisième équipage d'une mission de longue durée vers la station Saliout-7 (EO-3). En quelques sortes, il reprend le cours de sa carrière après la parenthèse du vol franco-soviétique. Finalement, le lancement sera un échec et la mission EO-3 sera effectuée quelques mois plus tard par un autre équipage.

En décembre 1983, il est nommé commandant d'un autre équipage de visite vers Saliout-7, et il décolle en juillet 1984 avec Igor VOLK et Svetlana SAVITSKAÏA à bord de Soyouz T-12. Lors de ce vol de douze jours, il effectue une sortie dans l'Espace de plus de trois heures.

Quinze ans après sa sélection, il a maintenant quatre vols à son actif, mais toujours aucun de longue durée. Le destin va alors lui sourire : quand le TsUP perd le contact avec la station Saliout-7 inhabitée, une mission de sauvetage est mise sur pieds en catastrophe, et il s'en voit confier le commandement !

Il repart dans l'Espace en juin 1985 avec Viktor SAVINIKH et réalise l'une des missions les plus mémorables de l'Histoire des stations orbitales soviétiques. Les deux cosmonautes remettent Saliout-7 en fonctionnement en quelques jours, réalisent une sortie dans l'Espace de cinq heures et reviennent sur Terre après 122 jours en orbite. A son retour il est nommé major-général des Forces aériennes.

Quelques mois plus tard, on lui propose de directeur adjoint de la première division du Centre d'Entraînement des Cosmonautes (TsPK) Youri Gagarine. Il accepte et démissionne du Corps des Cosmonautes le 24 juillet 1986.

Le 20 juillet 1988, il devient chef de la 1ère division du TsPK, poste qu'il occupe jusqu'au 7 août 1997, date de son départ en retraite.

Fig. 5 : Le Président ELTSINE lui remet la médaille de l'Ordre de l'Amitié, 12 avril 1996.
Crédit : DR.


Vaisseau Mission Lancement Durée Sortie Qualité
Soyouz-16 - 2 décembre 1974 - - Commandant du troisième équipage
Soyouz-27 Saliout-6 EP-1 10 janvier 1978 6 j 0 Commandant
Soyouz-36 Saliout-6 EP-5 26 mai 1980 - - Commandant de réserve
Soyouz-39 Saliout-6 EP-10 22 mars 1981 8 j 0 Commandant
Soyouz T-6 Saliout-7 EP-1 24 juin 1982 8 j 0 Commandant
7K-ST n°16L - 26 septembre 1983 - - Commandant du troisième équipage
Soyouz T-12 Saliout-7 EP-4 17 juillet 1984 12 j 1 Commandant
Soyouz T-13 Saliout-7 EO-4/1 6 juin 1985 122 j 1 Commandant
Tableau 1 : Liste des vols de Vladimir DZHANIBEKOV.


Bibliographie

Le site AstroNOTE
CHRETIEN, Jean-Loup, Sonate au clair de Terre, 1994


Dernière mise à jour : 29 août 2009