Navette spatiale | Structure ICC

Avec la construction de la Station Spatiale Internationale (MKS), le besoin de transporter de grandes quantités de matériel s'est fait sentir. La plupart des charges à envoyer en orbite et à ramener sur Terre sont transportables à l'intérieur même des vaisseaux spatiaux, mais certaines d'entre elles ont vocation à être utilisées à l'extérieur, et il est donc inutile de gaspiller du volume habitable pour les transporter.

1. Historique

C'est dans cette perspective que la société Astrotech, anciennement SPACEHAB, a développé une série de plate-formes destinées à être installées dans la soute de la navette. Appelées ICC (Integrated Cargo Carrier), elles permettront de transporter des charges à même le vide spatial.

Fig. 1 : Une plate-forme ICC-L est préparée pour le vol STS-122, 3 novembre 2007.
Photo : NASA.

Neufs vols de la navette ont utilisés des plate-formes ICC. De plus, trois ICC ont été converties en plate-formes ESP afin d'être accrochées de manière permanente à la station internationale.

Orbiteur Mission Lancement Plate-forme utilisée
Discovery STS-96 27 mai 1999 ICC
Atlantis STS-101 19 mai 2000 ICC
Atlantis STS-106 8 septembre 2000 ICC
Discovery STS-105 10 août 2001 ICC
Discovery STS-121 4 juillet 2006 ICC
Discovery STS-116 9 décembre 2006 ICC
Atlantis STS-122 7 février 2008 ICC-L
Endeavour STS-127 15 juillet 2009 ICC-VLD
Atlantis STS-132 14 mai 2010 ICC-VLD
Tableau 1 : Liste des vols des plate-formes ICC (ESP non incluses).

Astrotech a sous-traité le développement de l'ICC à la société russe RKK Energuia, qui a construit trois plate-formes. La première a servi à des essais statiques et vibratoires en juillet 1998. La deuxième est partie en Allemagne, chez la société DASA, en septembre 1998 pour y subir des essais dynamiques. La troisième est l'exemplaire de vol, livrée à Astrotech en Floride en avril 1999.

Fig. 2 : Essais de l'ICC chez DASA, en Allemagne.
Photo : RKK Energuia.

Fig. 3 : Construction de l'ICC chez Energuia.
Crédit : RKK Energuia.

Fig. 4 : L'ICC après sa livraison chez Astrotech.
Photo : RKK Energuia.

La première mission a lieu en mai 1999, sur STS-96, et trois autres vols sont réalisés en 2000-2001. Ce sont plusieurs tonnes de matériels qui sont ainsi livrées à la station internationale grâce à ce système innovant.

En janvier 2001, EADS Astrium signe avec Astrotech un accord de leaseback de l'ICC pour un montant de 15,4M$.

Astrotech lance le développement d'une deuxième version, appelée ICC-VLD (Vertical Light Deployable), qui ne sera pas installée horizontalement dans la soute de la navette, mais verticalement. C'est encore la RKK Energuia qui est chargée du développement, qui démarre en 2000.

Fig. 5 : Construction de l'ICC-VLD chez Energuia.
Crédit : RKK Energuia.

Il y a encore trois vols de l'ICC en 2006-2008, auxquels il faut ajouter deux nouvelles plate-formes permanentes ESP, puis la nouvelle ICC-VLD fait réalise sa première mission en 2009. Elle sera encore utilisée une fois en 2010, puis le programme de navette spatiale touche à sa fin.

2. Descriptif technique

L'ICC est constituée d'une plate-forme proprement dite appelée UCP (Unpressurized Cargo Pallet) et de deux attaches en forme de joug appelées KYA (Keel Yoke Assembly).

Fig. 6 : Schéma de l'ICC.
Crédit : Astrotech.

L'UCP a une longueur de 4261mm pour une largeur de  2540mm. Les KYA sont construites par EADS Astrium. Elles permettent de passer sous le tunnel qui relie le module SPACEHAB (également construit par Astrotech) au système d'amarrage ODS. Ainsi, l'ICC entoure le tunnel, et elle peut être utilisée en tandem avec le SPACEHAB.

Fig. 7 : Dimensions de l'ICC (en pouces).
Crédit : Astrotech.

Les charges utiles peuvent être accrochées dessus et dessous l'UCP. L'ICC peut supporter au total 2,68t de matériel.

Au-delà de la version générique de l'ICC (ICC-G), Astrotech a également proposé une version qui était disposée verticalement dans la soute de la navette (ICC-V) afin de minimiser l'encombrement. Il y avait aussi une version légère (ICC-L) et une version verticale déployable (ICC-VD), destinée à être saisie par le bras manipulateur de la station pour être rapprochée du lieu où les charges utiles doivent être déchargées.

L'ICC-L (Light) n'a volé qu'une fois, en 2008 (sur STS-122). Elle se différencie de l'ICC générique par une plate-forme UCP deux fois moins large.

Il existe aussi une version qui rassemble les trois précédentes : l'ICC-VLD (Vertical, Light, Deployable). Elle a été utilisée à deux reprises, lors de STS-127 en 2009 et lors de STS-132 en 2010. Elle peut emmener 3,125t de matériel.

Fig. 8 : L'ICC-VLD au bout du bras
de la station lors de STS-127, 21 juillet 2009.
Crédit : NASA.

Pour pouvoir épouser la forme de la soute, l'ICC-VLD a la forme d'un demi-octogone. Elle est équipée d'un point d'ancrage pour que le bras Canadarm2 puisse la saisir et la rapprocher d'un endroit donné dans le voisinage de la station.

Fig. 9 : Schéma de l'ICC-VLD.
Crédit : Astrotech.

Fig. 10 : Les astronautes CURBEAM et FUGLESANG
avec l'ICC qu'ils vont utiliser lors de leur mission STS-116, 13 octobre 2006.
Crédit : NASA.

Bibliographie

- SEMIONOV, Youri, На рубеже двух веков, 1996-2001, Histoire officielle de la RKK Energuia
- Astrium Invests $15 Million In Spacehab's Cargo Carrier Program, Space Daily, 15/01/2001
- Integrated Cargo Carrier Payload Standard Interface Definition Document, Astrotech


Dernière mise à jour : 25 mai 2011