Villes spatiales | Samara

Samara est située dans le sud de la Russie, sur les bords de la Volga, près de la frontière kazakhe. Elle a été rebaptisée Kouïbychev en 1935 en hommage à Valerian KOUÏBYCHEV, un révolutionnaire bolchévique, puis elle a retrouvé son nom d'origine après la chute de l'Union soviétique, en 1991. Avec plus d'un million d'habitants, il s'agit de la sixième plus grande ville de Russie.

Fig. 1 : Une rue de Samara.
Crédit : Nicolas PILLET.

Fig. 2 : Une rue de Samara.
Crédit : Nicolas PILLET.

Fig. 3 : Un restaurant flottant sur la Volga.
Crédit : Nicolas PILLET.

Fig. 4 : Les bords de la Volga.
Crédit : Nicolas PILLET.

Fig. 5 : Le Monument de la Gloire, sur la Place de la Gloire.
Crédit : Nicolas PILLET.

Fig. 6 : Le Monument de la Gloire, sur la Place de la Gloire.
Crédit : Nicolas PILLET.

Samara est une ville très fortement marquée par l'Histoire du programme spatial, car c'est ici qu'est basé le RKTs-Progress, l'entreprise qui construit les lanceurs de la famille Soyouz et les satellites-espions Zenit et Yantar.

L'une des stations de métro de la ville a d'ailleurs été baptisée en hommage à Youri GAGARINE, le premier cosmonaute de l'Histoire.

Fig. 7 : La station de métro Gagarinskaïa.
Crédit : Nicolas PILLET.

C'est à Samara qu'est né le maréchal Dmitri OUSTINOV, ancien Ministre de la Défense de l'Union soviétique, qui a joué un rôle de premier plan dans le programme spatial. Il a notamment contribué à démarrer le développement des stations orbitales DOS.

Fig. 8 : Le buste de Dmitri OUSTINOV.
Crédit : Nicolas PILLET.

Le musée historique régional Alabine, dédié à l'histoire de la Région de Samara, possède quelques objets intéressants pour un visiteur intéressé par l'Espace : le Compartiment de Descente d'un satellite Bion, Cosmos 2229, et un moteur RD-107 du lanceur Soyouz. Par ailleurs, sa façade est ornée de plusieurs personnages, dont deux cosmonautes en scaphandres Sokol-KV-2.

Fig. 9 : La façade du musée Alabine.
Crédit : Nicolas PILLET.

Le musée d'Histoire militaire de Samara possède un missile balistique R-11M (8K11), mieux connu sous son nom occidental « Scud ». En 2013, le musée prévoyait d'ouvrir une nouvelle salle dédiée à l'Espace.

Fig. 10 : Le missile R-11M du musée d'Histoire militaire.
Crédit : Nicolas PILLET.

La ville de Samara possède une très importante université aérospatiale, la SGAU. Un petit musée est plus ou moins ouvert au public dans le hall, avec des objets très intéressants, comme une capsule de retour d'un satellite-espion Yantar.

Devant l'entrée de l'université est installée une maquette de la navette Bourane, posée sur un modèle du lanceur Energuia utilisé pour les essais en soufflerie.

Fig. 11 : L'Université Nationale de l'Air et de l'Espace de Samara.
Crédit : Nicolas PILLET.

Fig. 12 : La navette Bourane et son lanceur Energuia à l'entrée de l'université.
Crédit : Nicolas PILLET.

Le musée spatial le plus célèbre de la ville est le fameux « Samara Kosmitcheskaïa ». Il n'est pas très grand, mais abrite quelques objets intéressants, comme un satellite Yantar, deux satellites Ressource, un moteur NK-33 ou un morceau du lanceur lunaire N1.

L'élément le plus impressionnant du musée est un véritable lanceur Soyouz-U exposé en extérieur. Il offre une vue originale aux automobilistes circulant sur l'avenue Lénine.

Fig. 13 : Le lanceur Soyouz-U domine l'avenue Lénine.
Crédit : Nicolas PILLET.

Fig. 14 : Un cosmonaute, près du musée...
Crédit : Nicolas PILLET.

Comme on l'a dit plus haut, Samara abrite plusieurs grandes entreprises du secteur spatial russe. Outre le RKTs-Progress, on notera aussi l'OAO Kouznietsov, grand constructeur de moteurs d'avions et de fusées. C'est notamment ici qu'a été conçu le NK-33.

Fig. 15 : L'entrée de l'OAO Kouznietsov.
Crédit : Nicolas PILLET.


Dernière mise à jour : 25 janvier 2014